Kiboot

 

0-9  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

Écologie

Le plastique qui pollue les mers finit dans nos assiettes.


Le 11 Février 2016
   



Selon une étude de WWF, 290 milliards de fragments plastiques dérivent dans les 15 premiers centimètres d'eau de la Méditerranée.

Les tortues et les cachalots morts étouffés par un sac plastique ne sont pas les seules victimes de la pollution des océans. La mer a un tel pouvoir érosif qu'elle désagrège les plastiques en micro-particules, ingérées et digérées par les poissons et autres crustacés. Ils sont les premiers à être contaminés... Mais nous le sommes aussi.

Car ce cocktail chimique intègre la chaîne alimentaire puis finit dans nos assiettes. Vue la concentration de ces particules, cela pose de sérieux problèmes (selon une étude de la Fondation Ellen MacArthur, en 2050, le tonnage de plastiques présents dans les océans sera équivalent à celui des...poissons !)

On a longtemps essayé de défendre les océans au nom des valeurs : c'était le fameux " Protégeons les générations futures de Cousteau ". Mais comme on se heurte à une économie d'un très grand cynisme, on a fini par se dire qu'il serait plus efficace de chiffrer ces valeurs.

Combien valent les mers du globe ? 24 000 milliards de dollars, si l'on compte le fruit de la pêche, les corails, les activités de tourisme...

Donner un prix à la nature, mesurer les services rendus gratuitement par les écosystèmes à la collectivité, c'est une façon de trouver une unité commune pour discuter avec ceux qui pensent plutôt au profit.

Cela nous donne des arguments pour les convaincre de faire les choix les meilleurs, pour l'avenir de leur industrie, comme pour l'environnement. On peut se demander ce que nous rapporte la mer ; on peut aussi s'inquiéter de ce que l'on va perdre, si on la détruit. Mais si on en est là, c'est bien sûr parce que certains y trouvent des intérêts énormes.



Source de l'article.


   


Publicité