Kiboot

 

0-9  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

International

Les États-Unis privatisent les ressources de l'espace.


Le 15 Décembre 2015
   



Baptisée " Space Act ", une loi américaine autorise désormais les entreprises des États-Unis à s'emparer des ressources de l'espace.

Les États-Unis privatisent les ressources de l'espace. Barack Obama vient de promulguer une loi votée par le Congrès le mois dernier. Baptisée " Space Act ", elle permet aux compagnies américaines non seulement de prospecter l'eau et les métaux des astéroïdes et des planètes, mais de les extraire et de les vendre. En clair, de s'approprier les matières premières de l'espace.

Un seul astéroïde contiendrait plus de platine que tout ce qu'on a extrait du sous-sol de la Terre à ce jour. Sans compter le nickel, l'or, le fer ou l'eau, sous forme de glace. De quoi attirer les convoitises d'un chapelet d'entreprises qui envisagent déjà de se positionner, moins pour fournir la Terre, que la Station spatiale internationale (ISS), la NASA, et pourquoi pas un jour, les futures infrastructures de colonisation de l'espace.

Jusqu'à présent ces entreprises pionnières pouvaient bien faire des plans sur la comète, elles manquaient d'investisseurs, faute d'un cadre législatif solide, elles se contentaient d'expédier dans l'espace des scientifiques ou des milliardaires en mal de frisson. Désormais ces start-ups américaines de l'espace, Planetary Resources, financée par les fondateurs de Google et de Virgin, Deep Space Industry, ou Moon Express, des compagnies de transport ou de forage spatial, pourront prélever et commercialiser des ressources, elles seront juridiquement protégées par le " Space Act ".

Et tampis si cette législation américaine rompt unilatéralement avec 50 ans de droit international : en 1967, le Traité de l'espace, signé et ratifié par les États-Unis, a interdit aux Etats de s'approprier les ressources extra-terrestres. Mais rien n'interdit aux entreprises de le faire, plaident les partisans de cette nouvelle conquête privée de l'espace, pas plus que le poisson n'est interdit au particulier alors que l'eau des océans ne lui appartient pas !

Sans plus de débat, les États-Unis lancent donc la course aux ressources spatiales. Une douzaine d'Etats sont aujourd'hui en mesure de les concurrencer, mais beaucoup de pays pauvres pourraient être totalement exclus de cette privatisation de l'espace, nouvelle frontière du progrès pour certains, nouveau Far West ou enjeu d'une future guerre des Etoiles pour d'autres.



Source de l'article.


   


Publicité