Kiboot

 

0-9  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

Écologie

Raréfaction des anchois et sardines en Méditerranée.


Le 14 Décembre 2015
   



On les appelle les poissons bleus, la sardine (Sardina pilchardus) et l'anchois (Engraulis encrasicolus) font vivre des centaines de pêcheurs français de La Turballe, Saint-Guénolé, Port-de-Bouc, Lorient, Sète, Douarnenez, Saint-Gilles Croix-de-Vie et Boulogne-sur-Mer. Un chiffre d'affaires de plus de 22 millions d'euros en 2014.

En Atlantique dès l'an 2000, ou en Méditerranée à partir de 2008, les prises ont drastiquement diminué. Appelés à l'aide, les scientifiques de l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER) ont travaillé sur plusieurs campagnes d'estimation des ressources: projet PELGAS en Atlantique et PELMED en Méditerranée. Si en Atlantique, les stocks ont récemment remonté, ce n'est pas le cas en Méditerranée.

"Nous avons toujours autant (si ce n'est plus pour la sardine) de poissons mais ces poissons sont petits et assez maigres, explique la biologiste Claire Saraux. Les grosses sardines ont disparu. Et les poissons d'un âge donné sont plus petits qu'auparavant. Et surtout, ils semblent ne pas survivre après l'âge de 2 ans, alors que normalement une sardine peut vivre jusqu'à 7 ou 8 ans. " Un constat alarmant pour les pêcheurs, puisque les poissons bleus de très petite taille ne sont pas prisés des consommateurs.

Virus, bactéries parasites... ne sont pas a priori en cause dans le processus. Pas plus que la prédation du redoutable thon rouge de Méditerranée.

Quelle serait donc la cause du problème de croissance des petites sardines et anchois ? Possiblement la nourriture. "Les espèces de plancton consommées pourraient être plus petites et moins énergétiques qu'auparavant", explique en effet Claire Saraux.

Mais alors, pourquoi le plancton serait-il de moins bonne qualité ? "On peut penser à des modifications dans les paramètres climatiques : moins d'apport des fleuves, changement des régimes de vent, pollution...".



Source de l'article.


   


Publicité