Kiboot

 

0-9  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

Écologie

3,43 millions de km2 de déchets flottent au large du Pacifique.


Le 9 Décembre 2015
   



Ce n'est malheureusement pas une chimère : 3,43 millions de km2 de détritus, répartis en deux plaques, flottent au large du Pacifique et forment la " Grande plaque de déchets du Pacifique ". Pire, cette plaque n'est qu'un des cinq gyres océaniques de déchets de la planète.

On connait leur existence depuis près de 15 ans. Les gyres de déchets sont des témoins de nos excès : dans le Pacifique, 3,43 millions de km2 d'amas de petits morceaux de plastique (dont la profondeur peut par endroit aller jusqu'à 30 mètres) polluent les eaux. En raccourcissant l'échelle, on y trouve près 750 000 déchets par km2, dont 5 kg de plastique pour seulement 1kg de plancton.

Des chiffres, rapportés par " l'expédition septième continent ", qui donnent le tournis et un constat qui a profondément marqué Patrick Deixonne, à l'initiative de la mission. Navigateur, Patrick Deixonne rencontre un des 5 gyres de déchets pendant une tentative de traversée de l'Atlantique à la rame : " on a par exemple croisé des par-chocs de voiture au milieu de l'océan ", rapporte-t-il désabusé.

Mais comment se forment les plaques de déchets ? Sous l'effet des gyres océaniques, les déchets des quatre coins du monde s'accumulent en 5 principaux endroits du globe, dont la spectaculaire " Grande plaque de déchets du Pacifique ". " À l'image d'un puissant siphon marin, le vortex attirerait vers lui tous les résidus de notre société ". Avec des conséquences désastreuses pour les écosystèmes présents : " dans cette zone la plupart des morceaux de plastique sont très petits. En fait ils ont la même taille que le plancton dont se nourrissent les poissons. "

Alors quels sont leurs impacts ? Des effets sur les espèces présentes dans ces eaux, mais pas seulement : le plastique agit comme une éponge, fixant de nombreuses toxines dont des polluants organiques persistants (POP), connus pour leur nocivité et leur volatilité. " Ainsi, Bisphénol A, phtalates, DDT et PCB se retrouvent dans ces morceaux de plastique à des concentrations jusqu'à 1 million de fois supérieures aux normales ".

Un triste constat qui en appelle un autre, plus dérangeant encore :" le nettoyage de cet océan de déchets semble insurmontable, la superficie à couvrir est trop importante et les coûts seraient colossaux.



Source de l'article.


   


Publicité